La rêverie de l’œuvre

@ovni

@ovni


« Le professeur est un rêveur » annonçait Bernard Sauvat en 1973. Il rêve de ses cours ou de sa retraite trop lointaine. Il rêve du temps qui passe, des années qui s’écoulent et de son métier qui se dégrade. Il veut voir loin, ce bon vieux professeur des écoles, puisque c’est ainsi qu’on les appelle de nos jours. Pourtant, il doit regarder plus près. Près d’un programme qui le cerne, le concerne, le décerne et lui donne des cernes. Et il se demande : « ai-je encore la place pour les livres ? ». Alors, dans sa liste d’œuvres proposées, il pioche. Ils piochent tous.

Que l’on interroge Charlotte, Gwenaële, Jean-Luc ou Marie, tous quatre enseignants, la réponse reste identique. Il y a trop peu de place pour la littérature dans les écoles. D’aucuns diront que la vie est belle, que le changement, c’est maintenant, et qu’il fait des miracles. A l’heure où les décisions reposent sur l’attractivité et l’hypocrisie, certains restent debout, immobiles, et luttent pour préserver la place que devrait avoir ce domaine.

De l’art du hasard

Il est des questions auxquelles même la science ne peut répondre. L’une d’elle repose sur le futur, l’avenir des lecteurs. Le petit Alphonse lira-t-il du Jean-Paul Sartre ou du Stéphanie Meyer ? Le hasard fait les choses pour certains. Ce sont eux qui tentent de rendre la lecture attractive en offrant des textes courts, des thèmes contemporains ou en trouvant des héros auxquels il est simple de s’identifier.

D’autres se montrent plus pragmatiques comme Charlotte qui affirme que « lire n’est plus qu’une obligation, de nos jours. Ainsi, si l’on veut faire découvrir des chefs d’œuvres, il faut offrir aux plus jeunes de la grande littérature, dès maintenant : Balzac, Camus, Daudet, qu’importe ! Mais de la littérature. Ils ne se tourneront pas vers ces lectures d’eux-mêmes ». La séduction ne peut alors entrer en considération dans l’acte de lire, dans l’art de lire.

De l’art du choix

« Pour les jeunes, la lecture est un devoir, pas un désir, » explique Gwenaële. Le regard négatif sur cette activité pousse l’enseignant à aller fouiller dans les méandres de la fameuse liste distribuée par le Bulletin Officiel afin de trouver LE livre. Le seul, l’unique, celui qui fait se lever les foules et battre les cœurs. Au cœur du choix se joue le rapport entre l’intérieur et l’extérieur, entre les autres et le moi. La littérature, c’est la recherche de soi, c’est une fouille méticuleuse dans l’inconscient pour y trouver les limites et les repousser.

Alors, il y a la fuite. Il y a le retour à son environnement proche. Les SMS et les mails, et les sorties entre amis. A un âge où chacun se construit par ses relations avec l’extérieur, la peur de s’écarter de son monde annihile l’envie de s’ouvrir au monde. « L’instituteur doit composer dans cet horizon. Il doit ouvrir son jeu de cartes et sortir directement la dame de pique, » affirme Marie.

L’important, c’est le jeu

« Le jeu avec les attentes, le jeu avec l’œuvre, la réécriture, les jeux de mots aussi, tout ce qui sort du carcan de l’étude habituelle d’une œuvre » est, selon Jean-Luc, la recette du succès. Pour donner le plaisir de lire, il ne faut pas simplement lire, mais vivre la lecture. S’adonner à la passion de la découverte. La prise de conscience de ses propres capacités développe l’effort, l’attention et l’enrichissement. « Demander à un enfant d’imiter un auteur, c’est lui demander de réfléchir et lui montrer qu’il en est capable, » insiste le professeur. L’exercice devient convainquant.

C’est la créativité de chacun qui amène une rêverie autour de l’œuvre. « L’idéal, c’est sûrement de proposer de tout : bande-dessinée, roman, théâtre, poésie, chefs d’œuvres et littérature de jeunesse. Montrer l’horizon littéraire, c’est démontrer le champ des possibles », conclue Marie. Alors, tout peut porter et apporter. Tout est matière à l’art et au rêve, au réalisme et à l’imagination. Tout, tant qu’il s’agit de livres.

Morgane.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Enquêtes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s