Il sculpte l’espace

Daniel Grobet

Daniel Grobet entouré de sa femme et du maire. (© D.R)

Daniel Grobet (né en 1936), sculpteur de renom, vient d’offrir à Sabran, commune du Gard, l’une de ses œuvres de fer, le Cercle en jeux, afin d’« exprimer » avec sa femme sa « reconnaissance d’être Sabranais, et d’avoir été bien accueillis il y a déjà douze ans ». Une intention qui mérite l’attention.

C’est le secrétariat de mairie au hameau de Combe qui a le privilège d’exhiber devant sa façade la sculpture de l’artiste. Ce lieu, dans lequel se mêlent pierres et vitres, végétaux et pavés, entre en harmonie avec l’essence même de l’œuvre. Celle-ci est façonnée de fer, mais elle s’étend dans l’environnement comme un arbuste ; son tronc, qui s’élève avec l’austérité et la rigidité d’un porte-manteau, éclot au sommet et laisse choir, à la manière d’un saule pleureur, quatre cylindres en mouvement se retroussant à leur extrémité, s’entrecroisant sans se rencontrer. La roideur du métal ondule, l’inanimé s’anime. Et cet « équilibre » dans la forme, cette polyvalence du caractère, qui se retrouvent dans l’espace qu’occupe la sculpture, constituent la substance, la force de l’œuvre.

D’ailleurs, avec ce Cercle en jeux, espace et sculpture sont liés ensemble par nature. Cette allure d’arbre, l’aspect d’ampleur et de repli n’est ressenti que par les mouvements des barres de fer dans l’environnement. Cet effet justifie l’œuvre jusqu’au choix du matériau ; selon Grobet, « La ligne pure du fil de fer délimite l’espace a elle seule [et ainsi,] c’est l’espace lui-même qui se trouve sculpté ». Mais de quelle façon Grobet a-t-il souhaité sculpter cet espace ? Sabran, la commune qu’il aime ? La question se pose, car sous cette forme se dessine un acte de prosternation. Cette matière qui se penche, se couche, avec une douceur et une modestie dans le geste, traduit une tendresse, un remerciement. Et ces branches, qui vrillent autour de leur base, sont comme des êtres ne parvenant à s’écarter d’un endroit qu’ils chérissent. Avoir fait don de cette sculpture-ci aux Sabranais n’est pas une circonstance (à part). Cela s’ajoute au Cercle en jeux, et lui donne un surcroît de sens.

Jérémy.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Critiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s